Mon premier instrument personnalisé : une basse squelette

juillet 2, 2020

Comment j'ai transformé un instrument cassé

Bonjour cher visiteur, c'est Anubis qui vous parle depuis sa Forge aux Trésors pour vous expliquer comment il à transformé un instrument abîmé en une merveille totalement unique.

basse squelette

Lorsque j'ai récupéré cet instrument - une basse Harley Benton bas-de-gamme, la table était bien amochée.

Elle était rayée, avait des marques de coups et de chutes, et son propriétaire, qui ne s'en servait plus depuis longtemps, voulait s'en débarrasser en la jetant à la poubelle

Mais il y à toujours une possibilité de sauver un instrument abîmé. Et comme vous commencez à le savoir, je suis fan de personnalisation.

Cela faisait longtemps que l'idée de modifier un instrument pour le rendre unique me cherchait, et je n'osais pas m'en prendre à une basse ou une guitare en parfait état. La raison était simple: je ne voulais pas risquer de la détruire si jamais j'échouais

Je savais parfaitement quel résultat je voulais obtenir: un instrument qui devait donner l'impression d'être fabriqué dans une cage thoracique humaine, avec encore un bras dont la main revenait jusqu'à la tête du manche.

Pour moi le meilleur moyen d'obtenir ce résultat au plus facile était de me servir d'une imprimante 3D.

J'ai donc pris les dimensions de la basse, puis je m'en suis servi pour faire une modélisation 3D du résultat final, puis de le découper en fichiers facilement imprimables


Première partie : la préparation

Je n'ai malheureusement plus les fichiers de la modélisation de l'instrument, je ne peux donc pas vous les montrer.

Une fois que ceux-ci ont été terminés, j'ai découpé l'instrument et commencé à imprimer les premières pièces: les côtes.

J'ai attendu qu'elles soient toutes imprimées avant de commencer à les coller. En général dans ce genre de travail, quand quelque chose va mal, on ne s'en aperçoit qu'à la fin. Et c'est plus facile de faire les retouches si elles ne sont


deuxième partie : l'assemblage

Une fois toutes les côtes imprimées, j'ai commencé l'assemblage.

Sachant que la colonne vertébrale allait servir de support à l'attache de la sangle, je l'ai renforcée à l'intérieur avec un tube en métal.

Accessoirement j'ai également collé la colonne à l'envers, je trouve qu'elle à un meilleur rendu dans ce sens là

Une fois le tout assemblé, j'ai gommé les traces d'impression et lié les pièces ensemble avec un gelcoat appliqué de manière irrégulière, pour pouvoir faciliter l'étape de peinture.


A SUIVRE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *